Aguas Sin Fronteras : la coopération décentralisée au service de la lutte contre le changement climatique (Équateur, Pérou, France, Italie) [es]

Dans le cadre du Programme WATERCLIMA-LAC, dont l’objectif est de lutter contre les conséquences du changement climatique dans les principales zones de vulnérabilité sociale en Amérique Latine et des Caraïbes, l’Union Européenne lança en mai 2014 un appel à projets sur la gestion des bassins et d’aires côtières. Le Gouvernement Provincial de Loja, en Équateur, et ses alliés stratégiques, le Gouvernement Régional de Piura au Pérou, le Département de Meurthe et Moselle en France, la Province italienne de Viterbo et l’ONG française LOCAL, proposèrent alors un projet innovant de gestion binationale du bassin versant du fleuve Macara. La Commission Européenne accueillit favorablement cette proposition ambitieuse en attribuant à l’alliance ainsi constituée un financement de 2 118 357.26 Euros pour une mise en œuvre entre janvier 2015 et décembre 2017. Le projet « Aguas Sin Fronteras » était né.

L’objectif principal du projet est d’impulser la gouvernance environnementale binationale et transfrontalière. Cette ambition sera concrétisée au travers d’échange de bonnes pratiques et d’assistance technique de la part de la coopération française et italienne. « Aguas Sin Fronteras » devra ainsi permettre la récupération de pratiques ancestrales pour la préservation des ressources naturelles et la mise en œuvre de pratiques agro-écologiques adaptées. En outre, le projet facilitera également la création de réseaux et le renforcement des capacités institutionnelles locales à l’instar de la consolidation du système de paiements redistributifs pour l’utilisation efficace de l’eau. Les partenaires promouvront également la sensibilisation socio-environnementale, axée sur les droits et l’égalité des sexes, des populations bénéficiaires.

La zone d’intervention du projet est le sous bassin du fleuve Macara, appartenant au bassin versant Catamayo-Chira, que se partagent la Province de Loja, en Équateur, et la région de Piura, au Pérou. La mise en œuvre du projet comprend, de fait, 6 cantons équatoriens et 4 municipalités péruviennes.
L’exécution et la gestion du projet seront garanties par le Gouvernement Provincial de Loja, en sa qualité de demandeur du financement, et le Gouvernement Régional de Piura, alors que les partenaires français et italien joueront ici un rôle d’accompagnement et de suivi. Le projet sera exécuté en 36 mois suivant trois étapes distinctes.

La première année fut consacrée à la construction d’une plateforme binationale et d’une fédération de communes binationale ainsi qu’à la mise en place, en partenariat avec les universités et les centres technologiques, d’un diplôme binational de gestion des eaux. D’autre part, ces premiers 12 mois auront également été dédiés à la définition d’un modèle de gestion des « fonds eau » comme mécanismes économiques de compensation pour services environnementaux.

La seconde année aura pour principal objectif la construction d’ « albarradas » et de réservoirs imperméabilisés ainsi que l’élaboration d’un système d’irrigation pressurisé au niveau des cultures. Cette deuxième étape permettra également le lancement d’initiatives de reforestations liées au projet.

Finalement, la troisième année verra la consolidation des différents aboutissements du projet et l’émergence de nouveaux projets binationaux.

Alors que le 2 décembre dernier a été signé à Paris, à l’occasion de la COP21, le Pacte de Paris pour l’eau et l’adaptation dans les bassins versants, Aguas Sin Fronteras apparaît comme une parfaite illustration de l’action climatique fondamentale des collectivités territoriales sur le terrain.

Dernière modification : 06/01/2016

Haut de page