Coopération scientifique

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) en Équateur

BMP

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) a pour mission de développer des projets scientifiques centrés sur la relation entre l’homme et son environnement dans la zone intertropicale.

L’IRD bénéficie d’une représentation importante en Équateur, avec 16 chercheurs et ingénieurs permanents. Ce à quoi il faut ajouter les missions ponctuelles de chercheurs de l’IRD dans le pays.

Les thèmes de recherche principaux de l’IRD en Équateur sont :

- L’observation de l’activité des volcans actifs au sein de l’Institut Géophysique de l’École Polytechnique Nationale. Programme visant en particulier à surveiller les risques liés au Tungurahua et au Cotopaxi.

- L’appui à la formation d’un réseau sismique en Équateur, en relation avec la déformation de la plaque continentale provoquée par la subduction le long des côtes, également au sein de l’Institut de Géophysique de l’EPN.

- L’étude de la dynamique des fonds marins et des risques de tsunami sur la côte équatorienne, avec l’INOCAR de Guayaquil.

- L’étude de l’impact du changement climatique sur les glaciers des Andes équatoriennes en matière de ressources hydriques.

- L’appui à la gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin de Guayllabamba, programme AguaAndes.

- Les dynamiques et régulation des populations de teignes de la pomme de terre en Équateur et prévention par les biopesticides développés localement.

- L’étude écologique des palmiers néotropicaux en Équateur.
- Les adaptations humaines aux environnements tropicaux durant l’holocène (ADENTRHO), avec deux projets de fouilles et de protection du patrimoine archéologique.
- Le système de Recherche de la Problématique Agraire Équatorienne – SIPAE.
- L’étude de la vulnérabilité urbaine face aux risques naturels et anthropiques.
- Les études hydrologiques et hydrochimiques des bassins versants de l’Amazonie et du Pacifique HYBAM. 

Outre la recherche, l’Institut mène une importante activité de soutien à la formation des scientifiques équatoriens, notamment par l’intégration d’étudiants de haut niveau dans ses activités de recherche. Ces doctorants équatoriens bénéficient de bourses de thèses de l’IRD. 6 doctorants et 10 étudiants de master sont concernés en 2009.

L’IRD est enfin un acteur majeur de la diffusion de l’information scientifique auprès du grand public en Équateur. Il dispose d’un important centre de ressources documentaires, avec un accès libre à plus de 3000 revues scientifiques. L’IRD et le service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade ont ainsi appuyé la création des Cafés scientifiques en Équateur.

Les expositions et conférences organisées par l’IRD sont annoncées en page « actualités » du site web de l’Ambassade.

Site web de l’IRD en Equateur

L’Institut Français d’Etudes Andines (IFEA)

JPEG

L’IFEA a pour vocation de contribuer au développement et à la diffusion des connaissances scientifiques sur les sociétés et les milieux andins.

Basé à Lima au Pérou, l’IFEA est un centre d’accueil pour les chercheurs français, européens et andins dont les actions s’étendent à la Bolivie, la Colombie, l’Équateur et au Pérou.

Les thèmes de recherche actuels des chercheurs de l’IFEA sont :
-  Monde andin : patrimoines, héritages, survivances
-  Risques « naturels » et risques de société
-  Processus et formes d’intégration et d’exclusion
L’IFEA dispose d’une représentation permanente en Équateur, hébergée dans les locaux de l’IRD, avec un chercheur pensionnaire. Tania Delabarde, archéologue spécialisée en anthropologie physique, représente actuellement l’IFEA en Équateur. Elle collabore notamment au Projet Manabí et s’intéresse, en particulier, aux comportements biologiques et culturels de la population de la culture Manteña, à travers l’étude des restes osseux (Isotopes et ADN) et des contextes funéraires.
Site web de l’IFEA

CIRAD

BMP

Le CIRAD, institut français de recherche agronomique au service du développement des pays du Sud et de l’outre-mer français, a pour mission de contribuer au développement durable des régions chaudes sur la base d’axes stratégiques d’orientations de la recherche qui sont :

1. Inventer une agriculture écologiquement intensive pour nourrir la planète
2. Étudier les conditions d’émergence et les modes de valorisation des bioénergies en direction des pays du Sud
3. Innover pour obtenir une alimentation accessible, diversifiée et sûre
4. Anticiper et gérer les risques sanitaires infectieux liés aux animaux sauvages et domestiques
5. Accompagner les politiques publiques de réduction des inégalités structurelles et de la pauvreté
6. Mieux comprendre les relations entre l’agriculture et l’environnement, entre les sociétés humaines et la nature, pour une gestion durable des espaces ruraux

Le CIRAD est présent en Équateur avec deux chercheurs permanents dans le domaine des palmiers à huile.

Pour plus d’informations, voir CIRAD

Dernière modification : 21/06/2010

Haut de page