Votre santé en Équateur

L’attention des voyageurs est appelée sur les problèmes graves et récurrents de prise en charge médicale en Équateur : en l’absence d’une police d’assistance et de rapatriement, les étrangers ne sont admis que dans les hôpitaux publics, établissements manquant cruellement de moyens. Ceux qui seraient en possession d’une police d’assistance et de rapatriement devront toutefois avancer intégralement les frais médicaux.

Les cliniques privées ont l’obligation de prendre en charge toutes les urgences. Mais dans la pratique, elles exigent un dépôt de garantie effectué par carte de crédit avant tout traitement médical de fond. Le fait d’être affilié auprès d’une compagnie d’assistance et de rapatriement ne dispense pas du dépôt de garantie par carte de crédit, dont le plafond de dépenses doit être de 3.000$.

Les îles Galápagos manquent d’infrastructures médicales. Dans certains cas, les compagnies d’assistance et de rapatriement ont rencontré de grandes difficultés pour transférer les patients sur le continent.

Des cas de dengue, de choléra, de leptospirose, de leishmaniose et de méningite cérébro-spinale sont régulièrement signalés par les autorités sanitaires dans les provinces du littoral, ainsi qu’en Amazonie. Il est recommandé d’être vigilant lors des déplacements, en particulier durant la période des pluies (propices au développement de foyers infectieux).

Zika
Des cas de maladie à virus Zika ont été signalés par les autorités sanitaires équatoriennes. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Les signes avant-coureurs de la maladie (état fébrile, éruptions cutanées, maux de tête, douleurs articulaires) sont analogues à ceux observés dans les cas de dengue et de chikungunya. Il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements) et ce y compris la journée.
Consulter la fiche sur la maladie à virus Zika du Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes.

Paludisme
Prévention du paludisme (malaria) : maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) A ces mesures, peut s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Classification : Amazonie zone 3 ; ailleurs zone 1. Le paludisme est endémique au-dessous de 1500 mètres dans les provinces d’El Oro, Esmeraldas, Guayas, Manabi, Los Rios, Morona-Santiago, Napo, Pastaza, Sucumbios et Zamora-Chinchipe. Traitement préventif conseillé : mefloquine. Quito, les Galapagos et le centre du pays ne sont pas concernés par le paludisme.

Bien qu’aucune vaccination ne soit obligatoire, on doit considérer comme indispensables : fièvre jaune, poliomyélite.

Vaccinations recommandées : diphtérie, hépatites A et B.

Il existe de nombreux foyers de rage. L’approvisionnement en vaccin antirabique n’est pas toujours régulier.

Quito et Guayaquil disposent d’une infrastructure hospitalière d’un bon niveau mais coûteuse. Des examens approfondis et des interventions urgentes peuvent y être pratiqués.

Dans la Sierra, l’altitude impose un rythme de vie plus lent. Cette région peut être déconseillée aux personnes atteintes d’une maladie cardiaque ou respiratoire. Les malaises dus à l’altitude durent généralement de 15 jours à un mois.


Il est conseillé :

- de ne pas consommer l’eau du robinet. Dans les restaurants, éviter les glaçons, les crudités, voire les fruits de mer.
- de se protéger du soleil
- d’être vigilant face aux MST. Le sida peut être transmis lors de transfusions sanguines.

Il est recommandé de consulter le médecin traitant avant le départ et de contracter une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

Numéros utiles :

  • Quito :

- Hôpital Metropolitano
Adresse : Avenue Mariana de Jesús y Occidental
Tél. : +593 2261520 / +593 2269030

Liste des médecins francophones de l’Hôpital Metropolitano

- Hôpital Vozandes
Adresse : Villalengua 267 et Avenue 10 de Agosto
Tél. : +593 2262142 - fax : +593 2269234

  • Guayaquil :

- Hôpital Clínica Kennedy
Adresse : Avenue San Jorge Ciudadela Nueva Kennedy
Tél. : +593 42289666 / +593 42399039

Médecins agréés par l’Ambassade de France : (en cas de problèmes de quelque nature que ce soit avec l’un de ces médecins, l’Ambassade ne pourra en aucun cas être tenue responsable)

  • Quito :

- Dr. Martin Domsky (médecine générale)
Adresse : Complejo medico La Salud, República 784 y Eloy Alfaro
Tél. : +593 2553206 / +593 99440611 (portable)

- Dr. René Vargas Penaherrera (chirurgie générale et vasculaire)
Adresse : Centro médico Metropolitano, av. Mariana de Jesús y calle B (OF210)
Tél. : +593 2463361 / +593 2267828 / +593 99844359 (portable)

  • Guayaquil :

- Dr. Antonio Matamoros
Adresse : Clinica Kennedy, Avenue San Jorge 615, 2è étage en face du Policentro
Tél. +593 42284524 / +593 42292926 / +593 42296562

- Dr. Virginia Miranda de Moscoso (dermatologue)
Adresse : Miraflores, calle 2, N° 305 y Central
Tél. : +593 42204304

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter la page web de l’INVS, ainsi que celle de l’OMS, qui vous renseigneront sur l’état sanitaire de ce pays, ou les sites de l’Institut Pasteur de Lille et de l’Institut Pasteur de Paris.

Dernière modification : 25/01/2016

Haut de page